Comment le festival du film de Sundance s'est réinventé

En organisant son édition 2021 en ligne, le festival du film de Sundance a ouvert de nouvelles possibilités et a pu améliorer ses workflows. Il touche désormais plus de réalisateurs et de cinéphiles que jamais auparavant.

Fronton d'un cinéma dans une rue enneigée de nuit lors du festival de Sundance 2021

Par Adam Montgomery, responsable de la programmation du festival du film de Sundance

En janvier de chaque année, plus de 100 000 personnes venues du monde entier se rendent dans la ville de Park City, dans l'Utah, pour le festival du film de Sundance, le plus grand festival indépendant de cinéma aux États‑Unis. Durant dix jours, le public, les artistes, les journalistes et les professionnels du secteur se réunissent pour des projections, des tables rondes, des événements interactifs et des fêtes célébrant les meilleures productions du cinéma et des médias indépendants.

L'édition 2020 s'était terminée quelques semaines avant le début de la pandémie.  Et à moins d'un an de la suivante, une grande incertitude régnait quant à la mouture 2021 : allions‑nous pouvoir réunir tout le monde comme lors des festivals précédents, ou fallait‑il proposer un festival intégralement virtuel ou une offre hybride ? Notre équipe a travaillé sur chaque scénario afin que nous puissions présenter les nouveaux films et réunir notre communauté, quel que soit le contexte. 

Après de longues réflexions, le Sundance Institute a décidé que le festival du film de Sundance 2021 se déroulerait intégralement en ligne, avec des projections en direct dans tout le pays. Le défi était de taille, et il fallait en plus de cela réussir à collaborer à distance, par‑delà cinq fuseaux horaires. Au final, notre organisation a su transformer le festival pour le rendre plus accessible durant cette année des plus exceptionnelles.

Deux personnes et un petit chien sur l'écran virtuel de Sundance

En coulisse

Mon rôle au sein du service de programmation du festival est de superviser le processus de sélection des 15 000 soumissions annuelles. Notre équipe de 60 personnes s'assure que toutes les soumissions sont visionnées de façon réfléchie et méticuleuse, afin de dénicher les nouvelles voix du cinéma indépendant. 

Lorsque l'équipe de programmation a fait sa sélection, nous appelons les réalisateurs et il faut alors commencer à recueillir et organiser les informations. Nous n'avons que peu de temps pour recueillir les captures d'écran des films, photos de réalisateurs, synopsis écrits, crédits et une multitude d'autres informations. Pendant ce temps, les cinéastes se hâtent de finaliser leurs films pour une diffusion en salle ou en ligne lors du festival.

C'est Holden Payne, notre directeur technique, qui est chargé de tout réceptionner. Son équipe inspecte les fichiers vidéo et DCP (copie numérique de projection) pour s'assurer que la qualité du son et de l'image est à la hauteur pour une diffusion en festival. Autrement dit, c'est grâce à Holden que les festivaliers peuvent voir et entendre correctement les films et les débats, qu'ils aient lieu en ligne ou dans un cinéma.

Dans les coulisses du festival du film de Sundance
Homme portant un masque assis et tenant un porte‑bloc

Un outil connu utilisé d'une nouvelle façon

Holden et moi travaillons ensemble depuis environ huit ans et nous savions déjà quel outil utiliser pour faciliter notre transition numérique : Dropbox. Nous avons utilisé la plateforme pour demander et partager du contenu vidéo utilisé lors des tables rondes, des cérémonies de remise de prix et bien d'autres moments du festival. J'ai récupéré et monté les extraits de film, puis je les ai enregistrés dans un dossier Dropbox partagé avec l'équipe de Holden, qui les a ajoutés à des packages et les a diffusés. J'ai également demandé aux intervenants d'envoyer des extraits à projeter et aux lauréats qui ne pourraient pas être avec nous de m'envoyer leur discours de remise de prix via Dropbox. Leur demander d'importer un fichier est beaucoup plus simple que de devoir me débrouiller avec des pièces jointes et des liens dans des e‑mails.

Sachant que je travaille sur plusieurs ordinateurs portables, des tablettes, un PC de montage vidéo et mon ordinateur de bureau, j'ai besoin que mes fichiers soient disponibles de partout. Ce qui est le cas avec Dropbox, de façon vraiment fluide.

Grâce à Dropbox, notre processus de sélection a pu s'adapter à l'évolution technologique.

Ma première mission chez Sundance a été de faire passer le processus de soumission de la VHS au DVD. Nous sommes passés d'un système archaïque de dossiers papier et bandes vidéo analogiques à un système en ligne qui permet aux candidats d'importer des fichiers vidéo. Comme nous étions conscients qu'il faudrait du temps aux gens pour s'adapter, nous leur avons d'abord permis de nous envoyer leurs films dans le format de leur choix. 

Même si nous avons laissé derrière nous la sombre époque des médias en copie physique, il reste le problème des technologies numériques concurrentes. Les nombreux liens privés, les différentes plateformes en ligne sécurisées, les instructions de visionnage envoyées par e‑mail… Tout cela complique le suivi des milliers de dossiers que nous recevons. La synchronisation permanente fait de Dropbox un outil inestimable. Nous disposons maintenant d'un emplacement central pour coordonner nos processus de visualisation et de sélection. En plus, Dropbox s'intègre parfaitement aux plateformes que nous utilisons au quotidien, ce qui en fait notre outil de choix pour la collaboration. 

Cinéaste montant son film sur ordinateur ; rue enneigée avec une bannière pour le festival du film de Sundance

Offrir les mêmes chances à chacun

Économiser de l'espace avec la synchronisation sélective

Même s'il est facile de configurer Dropbox sur n'importe quel appareil, les nouveaux utilisateurs peuvent se retrouver freinés par l'espace disponible sur leur disque dur. Les ordinateurs portables de notre équipe ne disposent pas d'un grand volume de stockage, et nos collaborateurs sont réticents à installer de nouveaux programmes. Après leur avoir expliqué comme Dropbox était simple à installer et comment fonctionnait la synchronisation sélective, j'ai pu leur montrer comment synchroniser uniquement les fichiers dont ils avaient besoin. De mon expérience, ce processus n'est pas aussi simple sur les autres plateformes cloud de collaboration, et on se retrouve avec des disques encombrés de fichiers volumineux qui n'ont pas besoin d'être stockés localement.

Avoir toujours accès à la bonne version

Dropbox élimine également ce que nous appelons “l'épuisement dû aux versions”. Au lieu de modifier le nom du fichier à chaque modification, nous ajoutons des commentaires pour chaque nouveauté ou correction. Ce qui nous permet de toujours savoir quelle est la dernière version de chaque fichier, sans avoir à écumer un dossier rempli de fichiers intitulés SundanceFinalv1, SundanceFinalv2 ou pire, SundanceFinalFINAL. Comme il nous arrive parfois d'effectuer des changements mineurs quelques heures ou minutes avant une projection, nous avons besoin de savoir que l'extrait ou le film que nous sommes sur le point de diffuser correspond bien au dernier montage, et ce sans avoir à comparer plusieurs versions.

Éliminer les obstacles avec l'intégration simplifiée

J'utilise Dropbox pour stocker mes fichiers, et mon intégration préférée est Vimeo. Je peux créer un dossier Dropbox qui publie automatiquement des fichiers sur ma chaîne Vimeo, avec tous les paramètres de confidentialité dont j'ai besoin. Je peux envoyer une demande à un artiste ou un intervenant du festival afin qu'il importe le nouveau montage de son film ou tout autre fichier vidéo dans ce dossier, et quelques minutes plus tard, je le regarde. L'intégration entre Dropbox et Vimeo facilite la vie de nos collègues et collaborateurs qui n'ont pas accès à des comptes Vimeo ou Dropbox de grande capacité. Comme ils peuvent importer gratuitement leur projet dans le compte Dropbox de Sundance, plus aucun obstacle financier ne les empêche de nous envoyer leur travail.

Marquise en extérieur affichant le message “Sundance Institute Presents Jockey”
Projection de films en plein air dans les montagnes

Une réussite qui vaut la peine d'être renouvelée

L'édition virtuelle 2021 du festival du film de Sundance a connu un franc succès. L'équipe a reçu le même nombre de candidatures que par les années passées, et s'il existait des craintes que certains cinéastes préfèrent renoncer à cette édition, elles ne se sont pas matérialisées. Nous avons reçu de grandes productions qui avaient ignoré les autres festivals et des premiers films d'artistes du monde entier.

La taille de notre audience a également augmenté. Grâce à la plateforme en ligne, le nombre de spectateurs a doublé et nous avons pu coprésenter des projections satellites dans 24 États tout au long du festival. Sans oublier que tous les films projetés en 2021 étaient sous‑titrés pour les personnes malentendantes : jamais autant de monde n'avait pu profiter de Sundance !

En tant qu'organisation mondiale, Sundance a toujours su que le travail à distance pouvait être personnel et productif sans pour autant partager d'espace physique. Dropbox crée un sentiment de proximité, car nous visualisons et commentons tous les mêmes fichiers, dossiers et vidéos, même si nous nous trouvons dans des villes, des fuseaux horaires ou des pays différents.

Dropbox a permis d'améliorer la collaboration au sein de notre équipe alors que nous étions tous en télétravail. Nous avons gagné en flexibilité et révolutionné notre culture d'entreprise.

2021 nous a forcés à réinventer notre fonctionnement tout entier, et Sundance a choisi Dropbox pour adopter un nouveau format en pleine pandémie. Nous sommes en pleine planification de l'année prochaine, mais nous savons maintenant que le format virtuel est synonyme d'une plus grande portée. Il ne fait aucun doute que nous associerons à l'avenir programmations physique et en ligne.

Une meilleure façon de collaborer existe.

En savoir plus sur Dropbox Professional