Qu'est-ce qu'un solopreneur ?

L'essor des entreprises individuelles a bouleversé le modèle de la start-up traditionnelle. Mais qu'est-ce qu'un solopreneur ? Et en quoi se distingue-t-il des entrepreneurs classiques ? Lisez nos explications.

Solopreneur gérant son entreprise de photographie

On le sait bien, le monde des affaires regorge de mots à la mode. Que vous soyez une “licorne” dans le domaine du capital-risque ou une start-up spécialisée dans le “Software as a Service” (SaaS), il y a des nouveaux termes pour à peu près tout.

 

Mais vous ne connaissez peut-être pas le dernier mot à la mode, le solopreneur.

 

Boostée par l'avènement du travail hybride et des passions qui se transforment en activités lucratives, cette catégorie émergente d'entreprise individuelle bouleverse le paysage des start-up.

 

Dans cet article, nous allons vous expliquer ce qu'est un solopreneur et ce qui le distingue des entrepreneurs et des freelances.

 

Qu'est-ce qu'un solopreneur ?

Dit simplement, un solopreneur (ou autoentrepreneur) est une personne qui crée une entreprise dont elle est la seule employée.

 

Le solopreneur est à la fois le propriétaire et la main-d'œuvre de son entreprise. Il est le seul responsable de l'organisation et de la gestion de son entreprise, et assume tous les risques.

 

À ce stade, vous vous demandez peut-être quelle est la différence avec un entrepreneur ou une start-up classique. Après tout, tous les entrepreneurs sont des individus qui se lancent seuls. Mais est-ce qu'ils sont pour autant des solopreneurs ? Pas tout à fait.

 

Voyons plus en détail en quoi les solopreneurs sont différents.

Illustration d'une personne en équilibre tenant plusieurs choses à la fois, symbolisant le quotidien des solopreneurs et entrepreneurs

Solopreneur et entrepreneur

Même si les deux termes se ressemblent beaucoup, dans la pratique ils sont très différents.

 

Comme souvent dans le monde des affaires, il est difficile de trouver une définition exacte, et les explications varient souvent d'une source à l'autre. Cependant, les points suivants font généralement consensus.

Le solopreneur… L'entrepreneur…
Réalise toutes les tâches de son entreprise Gère et délègue les tâches
Se concentre sur un seul objectif commercial Cherche de nouvelles façons de développer son offre commerciale
N'a pas besoin de consacrer beaucoup de temps à la logistique Consacre beaucoup de temps à la prise de décisions
Fait face à des risques financiers moindres Doit s'occuper des salaires, des avantages sociaux et des taxes

Comme vous pouvez le constater, il existe des différences au niveau des opérations quotidiennes, mais aussi au niveau de la vision globale, de l'orientation et du périmètre des activités.

 

Voyons maintenant plus en détail ce que cachent ces différences afin de mieux comprendre le travail des solopreneurs.

 

Le solopreneur réalise toutes les tâches de son entreprise, l'entrepreneur gère et délègue

Le solopreneur est à la fois le fondateur et l'employé unique de son entreprise. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne peut pas (ou ne veut pas) collaborer avec d'autres personnes. Simplement, il n'embauche personne à temps plein.

 

Un solopreneur peut par exemple travailler avec un freelance ou un entrepreneur pour effectuer certaines tâches ou livrer à temps des projets aux délais serrés, mais ce n'est pas représentatif de son quotidien. Son entreprise ne dépend pas non plus de ces collaborateurs pour fournir ses services de base.

 

L'entrepreneur, quant à lui, peut avoir fondé son entreprise lui-même, mais il cherche généralement à développer, gérer et déléguer ses responsabilités à d'autres personnes au fil du temps.

 

Aucune approche n'est meilleure que l'autre, elles sont simplement différentes. Par exemple, un solopreneur aura plus de facilité à organiser son travail sans coéquipiers, mais devra également mettre en place et gérer lui-même des stratégies de cybersécurité. L'entrepreneur peut avoir une équipe dédiée à la cybersécurité, mais il doit alors chercher des solutions pour simplifier la gestion des fichiers et aider ses équipes à collaborer.

 

L'entrepreneur se concentre sur la croissance de son entreprise, le solopreneur a un seul objectif

Une différence majeure entre solopreneur et entrepreneur traditionnel réside dans l'ambition fondamentale qui sous-tend chaque entreprise.

 

L'entrepreneur cherche généralement à développer son activité afin de pouvoir la revendre sur le long terme. La croissance est pour lui un signe de réussite.

 

Pour le solopreneur, la croissance n'est pas la priorité. Son entreprise est née d'une passion. Elle lui permet de payer les factures et de combler ses aspirations, sans avoir besoin de prévoir une stratégie de sortie.

 

Par exemple, un entrepreneur peut se lancer dans la restauration avec un petit investissement et un premier établissement. Au fil du temps, il met en place une stratégie de croissance qui lui permet d'ouvrir d'autres établissements, une fois certaines étapes franchies. L'entrepreneur espère un jour vendre sa franchise de restauration à des investisseurs, afin de se consacrer à de nouvelles idées.

 

De son côté, le solopreneur en herbe a pris la décision d'ouvrir son entreprise de photographie indépendante. Ce qui était d'abord un hobby est devenu suffisamment rentable pour lui fournir des revenus réguliers, et il profite des avantages et de la flexibilité du travail indépendant. Le solopreneur ne cherche pas à construire un empire de la photographie : il veut juste travailler selon ses conditions et s'assurer que son modèle commercial est durable.

 

L'entrepreneur consacre beaucoup de temps à la prise de décisions, ce que n'a pas besoin de faire le solopreneur

Comme l'entrepreneur donne la priorité à la croissance, il doit souvent prendre des décisions critiques pour son entreprise, et considérer des facteurs bien plus nombreux qu'en autoentreprise.

 

Imaginons qu'un entrepreneur crée une agence de marketing qu'il cherche à développer : il va avoir besoin de réfléchir à la façon de se développer, ce qui peut impliquer de louer d'autres bureaux ou d'adopter un modèle de travail hybride. Si des membres de l'équipe travaillent à distance, l'entrepreneur doit aussi chercher des moyens de s'assurer qu'ils peuvent maximiser leur productivité, peu importe où ils se trouvent.

 

Pour le solopreneur, la prise de décisions est un processus relativement simple et personnel. Par exemple, s'il est consultant en stratégie de marque, il travaille de chez lui et occasionnellement dans un espace de coworking. Il n'a pas besoin de penser à sa culture d'entreprise, aux bureaux à louer ou à d'autres facteurs, car il est son seul employé.

 

Le solopreneur fait face à des risques financiers moindres, l'entrepreneur doit prendre en compte les salaires, les avantages sociaux et les taxes

Et il n'y a pas que la prise de décisions qui est plus facile pour le solopreneur, les finances aussi !

 

L'entrepreneur doit maîtriser une myriade de facteurs financiers : les salaires, les avantages sociaux et les taxes, entre autres. Sans oublier qu'il doit aussi déployer un outil de stockage de fichiers afin que chaque employé puisse accéder aux documents financiers en temps voulu.

 

Bien que le solopreneur ait lui aussi sa dose de planification financière, gestion des taxes et autres tâches financières, celles-ci restent beaucoup plus simples puisqu'elles ne concernent qu'une seule personne.

Solopreneur travaillant à l'arrière d'un camping-car et dirigeant son entreprise à distance

Un freelance est-il un solopreneur ?

La réponse dépend de la personne à qui vous posez la question.

 

Le concept de “solopreneur” étant plutôt récent, il existe probablement des parallèles avec les freelances, mais les opinions divergent d'une personne à l'autre.

 

Pour certains, un freelance reste freelance jusqu'à ce que son entreprise atteigne une certaine taille. Il devient alors solopreneur, parce que l'on considère qu'il dirige une entreprise, tandis que les freelances sont plutôt considérés comme des sous-traitants avec une petite clientèle.

 

Cependant, comme nous venons de le voir, le solopreneur est une personne qui crée et gère son entreprise sans aucune aide. Si c'est ce que fait un freelance, alors il peut (et devrait) être considéré comme un solopreneur.

 

Cet exemple vous aidera peut-être à mieux comprendre : même si certains freelances sont des solopreneurs, tous les solopreneurs ne sont pas forcément des freelances. Un graphiste freelance qui travaille à temps plein pour dix clients réguliers est-il un solopreneur ? Oui, très probablement. Diriez-vous qu'un toiletteur pour chien individuel est un freelance ? Probablement pas.

 

En fin de compte, vous ne devriez pas laisser ces interprétations et ces nuances vous définir, qu'il s'agisse de votre activité ou de vous-même. Nous vous les présentons pour vous aider à comprendre les objectifs, et donc les pratiques, de votre entreprise.

Trouvez l'inspiration avec ces idées d'autoentreprises

Si l'idée d'être solopreneur vous tente, mais que vous ne savez pas quelle activité choisir, nous avons ce qu'il vous faut.

 

Voici quatre modèles commerciaux pour solopreneur à essayer par vous-même.

 

Créez un e-commerce

L'e-commerce consiste à vendre des biens de consommation sur Internet.

 

C'est le modèle idéal pour les solopreneurs, car vous n'avez pas besoin d'emplacement physique, contrairement à un magasin classique, ce qui vous évite d'avoir à recruter une équipe de vente, par exemple. Vous pouvez également automatiser un grand nombre d'activités et de processus, vous évitant ainsi de traiter manuellement chaque nouvelle commande.

 

La pratique du “dropshipping” est particulièrement adaptée pour les solopreneurs qui souhaitent se lancer dans l'aventure du e-commerce. Si vous ne connaissez pas encore le dropshipping, il s'agit d'un nouveau modèle de vente en ligne : le vendeur ne stocke aucune marchandise chez lui, il les commande auprès du fabricant lorsque les clients passent commande.

 

Avec le dropshipping, vous pouvez gérer une entreprise d'e-commerce prospère avec très peu de frais généraux. Ainsi, vous vous souciez moins du côté opérationnel, et plus d'enrichir votre catalogue de produits et de faire connaître votre boutique.

 

Devenez freelance

Comme nous l'expliquions, la frontière entre freelance et solopreneur est pour le moins floue.

 

En règle générale, les activités de conception, de développement ou de production réalisées pour des entreprises se font en freelance. Vous pouvez travailler en freelance en tant que rédacteur, graphiste, compositeur de musique ou tout autre rôle dont les entreprises ont besoin par intermittence.

 

Pour trouver une mission de freelance qui vous convient, réfléchissez à vos passions et à vos compétences. Êtes-vous un bon rédacteur ? Vous pourriez devenir rédacteur publicitaire. Avez-vous plusieurs années d'expérience dans un langage de programmation donné ? Vous pourriez devenir développeur.

 

Si vous possédez une compétence recherchée par les entreprises, le champ des possibles s'ouvre à vous en tant que solopreneur.

 

Quand vous travaillez en freelance, il est important de vous rappeler que vous faites partie d'une équipe élargie et que vous devez être capable de partager des contenus et collaborer efficacement avec vos nouveaux collègues. Si vous êtes par exemple monteur vidéo, vous devez vous assurer que vous pouvez recevoir des commentaires sur vos vidéos sans perturber le workflow existant.

 

Tentez le conseil et le coaching

Vous pouvez également offrir des services moins concrets aux entreprises.

 

Si vous êtes spécialiste de votre domaine et que vous avez autant d'expérience que de confiance en vous, le conseil et le coaching sont également de bonnes options.

 

Il ne s'agit plus ici de produire une ressource selon un brief, mais d'aider les entreprises à prendre des décisions éclairées sur la base de vos connaissances et de votre expérience dans un domaine spécifique.

 

Imaginons que vous ayez une vaste expérience dans l'identité de marque et la stratégie de conception. Vous pouvez vous positionner en tant que solopreneur consultant en stratégie de marque pour aider les entreprises à comprendre pourquoi elles ont du mal à trouver leur public et leur expliquer comment changer.

 

Revenus passifs

Enfin, n'oubliez pas les revenus passifs.

 

En termes simples, les revenus passifs consistent à générer un revenu régulier avec un minimum de main-d'œuvre.

 

Parmi les exemples traditionnels, citons les intérêts générés par les investissements, les droits d'auteur perçus sur les œuvres créatives ou les loyers d'un investissement immobilier.

 

Les opportunités de générer des revenus passifs n'ont jamais été aussi nombreuses, entre le développement des activités complémentaires et l'automatisation des tâches. Vous pouvez développer une application, vendre des photos libres de droits ou créer une boutique d'impression à la demande… les possibilités sont infinies.

Solopreneur dirigeant son entreprise depuis chez elle

Travaillez en solo, mais jamais en solitaire

Certes, vous vous chargez de tous les aspects de votre autoentreprise, mais au quotidien vous avez besoin d'un endroit où rassembler votre travail et vos clients.

 

Dropbox est conçu pour placer la collaboration au cœur de votre journée de travail. Que vous travailliez seul sur un projet ou que vous souhaitiez inviter des clients à donner leur avis sur votre production, Dropbox dispose d'une fonctionnalité pour vous aider.

 

Le partage de fichiers simple et sécurisé et le stockage cloud ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Essayez nos fonctionnalités de collaboration en temps réel ou de commentaires et annotations sur votre dernier projet vidéo. Vous pouvez même configurer une sauvegarde automatique de l'ensemble de votre ordinateur pour pallier les accidents et restaurer vos fichiers en cas de besoin.

Centralisez votre travail dans un seul et même espace.

Essayer Dropbox